Sélectionner une page
Travail intangible

Revenu maximum et travail intangible pour tous, un tournant historique ?

par | Mar 2, 2017 | Chronique, Politique | 4 commentaires

Les événements de la campagne électorale présidentielle 2017 française, fort habilement animée par François Fillon, homme de foi et de convictions, valorisent admirablement le travail intangible pour tous, ainsi que le salaire maximum de base ! Ils conduisent à reconsidérer comme « totalement dépassée » l’idée du revenu minimum pour tous, ou revenu universel,  proposé sans contrepartie apparente par la gauche socialiste raboteuse,  la moins à droite.

En effet, à l’heure de l’obsolescence programmée,  une alternative hautement plus audacieuse dont tout le pays peut être fier,  serait bel et bien le revenu maximum de base, non pas « sans travail », mais avec un travail intangible, et peut-être même « fictif » , pour tous ! La subtilité des termes pousse en effet à bien les définir pour lever toute ambiguïté prospective, au regard de la très grande originalité du projet ! Quand au nombre d’heures effectuées par semaine,  pour le même tarif,  il resterait  à l’entière discrétion de  l’employé, un must !

Face à l’adversité,  monsieur Fillon semble avoir trouvé un soutien non négligeable de son idéal élevé, en la personne de Marine le Pen. En dernière minute, elle c’est adjointe de concert parlementaire à cette heureuse initiative, ne voulant pas abandonner son aimable confrère politique  sur ce terrain des valeurs allant d’ailleurs de soi pour le FN, tant du point de vue de son ADN que de ses principes les plus inaliénables !

Ce qui s’avère tout bonnement révolutionnaire, en terme de concept,  demande un approfondissement du contexte, dans ce tournant politique hexagonal qui s’annonce historique ! Il s’agit bien d’une incomparable nouveauté, désormais en tête de gondole sur le marché électoral bousculé que se disputent les médias engagés. Ces derniers se trouvent largement plébiscités, une chance, par une classe politique reconnaissante et plus valorisante que jamais d’une presse démocratique garante de la liberté d’expression de tous les citoyens !

Le concept ultra-novateur et éminemment généreux de François Fillon relègue bel et bien la proposition alternative de la gauche progressiste socialiste aux oubliettes ; voue pour ainsi dire « aux gémonies » le programme social , économique et juridique du FN ; celui d’un Macron funambule, plus ou moins bien rééquilibré par un Bayrou acrobate, reste quant à lui spéculatif, sa passion originelle selon Sainte Rothschild, patronne de la jeunesse messianique milliardaire. Rien à ce stade ne permet d’oblitérer l’avenir en commun de la république écholographique proposée par un Mélenchon omniscient sur YouTube, par contre. Dans cette course virtuelle épique, la France insoumise connectée a depuis des lustres passé la 6ème, y compris en BD,  alors que François Fillon s’obstine à revendiquer la pool position, en cinquième, sans même pouvoir envisager un débrayage rendu désormais impossible, à cause d’une boîte automatique récalcitrante, ainsi qu’une fuite sévère dans le système de freinage, le rendant inopérant.

D’où sa déclaration héroïque :

Je suis dans un train (de vie) qui ne s’arrêtera pas !
– François Fillon

Fin du voyage !

Voyage au bout de l’enfer

Fort heureusement, une enquête sérieuse est en cours pour évaluer la constitutionnalité de l’admirable proposition de monsieur Fillon,  intimement ambitieuse politiquement, reflétant harmonieusement sa modestie charismatique inhérente à son éducation chrétienne irréprochable ! En effet, il faut d’ores et déjà reconnaître le génie de ce politicien hors pair, apparemment mal compris, fait-il savoir. Il aurait peut-être fallu s’y attendre : quelques légères résistances au changement se manifestent dans une société  hésitante, projetant ses fantasmes sur la femme ou l’homme « providentiels », frileuse quand au choix d’un programme clair, car doutant encore de son haut potentiel, pourtant extraordinaire !

Face à ces réticences passagères, notre cavalier seul,  de son côté, assure que tout sera parfaitement légal, jusqu’aux moindres détails d’un costume présidentiel impeccablement taillé à sa mesure ! Il ne saurait être question de « travail fictif » malgré le doute naturel qui subsiste, tant la proposition politique est alléchante ! Bien au contraire, il s’agira de « travail intangible » , tel que son avocat l’a clairement signifié. Ce dernier défend avec brio le brevet dûment déposé par un François Fillon, évidemment prévoyant ! Par chance, dès sa petite enfance, le juriste réputé fut tendrement biberonné à une philosophie de vie pacifiste par un père attentionné. L’hérédité assumée étant peut-être ici le gage d’une qualité visionnaire, lui permettant certainement d’être le conseil idéal, pour un client soucieux de valeurs pérennes en cinquième république !

Effectivement, monsieur Fillon, en en fournissant des preuves irréfutables, démontre avoir longuement expérimenté sa vision futuriste avec Pénélope, sa très discrète épouse ayant fait vœux de silence au cœur d’une vie de prières, quasi monastique. Celle-ci chercheuse émérite, intransigeante sur la qualité et la valorisation de l’intangibilité du travail, c’est spécialisée depuis environ trente ans sur cette question pour ainsi dire existentielle. Elle connaît donc parfaitement la musique des sphères ! D’ailleurs, deux seules et uniques petites notes, apparemment anodines mais jouées admirablement à l’octave absolu, ont permis de donner magistralement un concert de protestations inoubliable, pour leurs fans proprement subjugués !

Pilotée de mains expertes par un homme aguerri, réputé « as du volant » avec des kilomètres au compteur,  elle avait préalablement réussi tous les crash tests, en catimini, mais sans jamais déranger le voisinage par des bruits intempestifs, ou alors tout à fait résiduels ! Leurs enfants aussi avaient participé à l’expérimentation, dès leurs plus jeune âge, bien que moins sollicités assure le père. Celui-ci n’en est pas moins fier et heureux, tout de même, d’avoir pu à la fois protéger et réunir religieusement sa famille en toute discrétion dans leur modeste gentilhommière, pour une aventure socio-politique résolument dans le vent !

L’épopée familiale, il faut le reconnaître, s’avère à contre-courant des mœurs d’une république décidément vieillissante, pour ne pas dire « à la limite de l’expérience de mort imminente », ce qui tendrait à laisser accroire que le bout du tunnel n’est pas loin, et qu’il y a bien une vie, après la mort ! C’est pourquoi, à l’ère numérique et de la robotisation galopante, il faut absolument se pencher sur cette vision avant-gardiste, mais non moins romantique, de revenu uni vers celle que François « unchained » aime et défendra, bec et palmipède d’or à Cannes, jusqu’au bout , en costard rutilant contre les cancans de mauvais augure et la « pulp fiction » !

Et puis qui imagine le Général de Gaulle abandonner un projet rénovateur aussi consensuel ! N’est-ce pas lui qui, de l’eau delà, susurre à l’oreille de Fillon, seul véritable médium à entendre vibrer dans son cœur la voix d’outre tombe : « je vous ai compris » , pour l’aider à faire face à l’adversité aux allures « christiques » qui se dit elle aussi divinement « inspirée » ? Le but n’est-il pas de préserver, au fond, une philosophie humaniste de droite, hautement spirituelle, axée sur la valeur travail, sans aucunement renier son influence chrétienne faite d’indulgences, de solidarité, de partage, de charité bien ordonnée, de l’amour de son prochain et de sa prochaine ? Pour les observateurs, il s’agirait même là d’un “tour de force éthique du religieux”, sans ostentation ni voile sur les yeux, a une époque laïque  humainement affirmée promoteur infatigable des valeurs universelles qui nourrissent la culture et éclairent la nation, jusque dans ses us et costumes éducatifs !

Ce qui pourrait se résumer ainsi (soit-il) :

Tu gagneras ton pain à la sueur intangible de ton front !
Tu accoucheras dans l’intangible douleur !

Et la lumière fut sur l’intangibilité du socle chrétien !

Ange pleureur

L’ange qui pleure – Cathédrale d’Amiens

Merci infiniment, M. François Fillon, la France que vous avez décidé de sauver vous doit énormément d’honneurs, pour tout ce que vous avez déjà fait ; pour cet humanisme et ce cœur à l’ouvrage intangible, dans l’abnégation ; pour ce Gaullisme revigoré que vous incarnez avec bravoure ; pour que le grand œuvre républicain s’achève en apothéose humaniste ; parce qu’avec votre consœur Marine, naviguant de concert contre vents et marées à quelques encablures sécuritaires, brandissant un drapeau d’un bleu-blanc-rouge éclatant, vous faites opportunément resplendir de mille feux, dans le monde entier, la patrie  des droits fondamentaux et de la justice démocratique, respectés et chéris de tous !

De tout cœur, il faut espérer pour vous que le résultat de l’enquête permettra de discerner entre la constitutionnalité potentielle de l’intangibilité du travail pour tous, et celle du travail fictif rémunéré à maxima, pour que nous puissions tous en bénéficier ! Ce dernier resterait très probablement  illégal constitutionnellement, dans ces conditions où l’intangible progrès n’est pas toujours à la hauteur des espoirs parfois déçus, ni des promesses les plus affirmées, d’ailleurs ! Tout comptes faits, ne sauve-t-on pas, au fond, que soi-même ?

Reste tout de même cette grande question de moralité publique : l’avenir du catholicisme est-il compromis, dès lors que c’est son « socle » qui s’avère intangible pour les siècles des siècles, à moins qu’il ne soit fictif depuis l’éternité ? Ou bien alors l’inverse ? À ce stade de la prospective politico-religieuse en réunion, nous y perdrions presque notre latin ! Face à  l’exemplarité républicaine de cet incorrigible croyant, d’une foi défiant toute concurrence, concluons simplement avec cette citation circonstanciée et non moins distinguée du latiniste avisé :

Vir prudens non contra ventum mingit (Un homme prudent ne pisse pas contre le vent !)

Article mis à jour le 20 mars 2017

Pin It on Pinterest

Shares
0f8a97108769edef0660ce2763e133c755555555555555555555555555
%d blogueurs aiment cette page :